Fuck Mia

Slim Data

Les kilos à l'index


Aux derniers entretiens de Bichat, on a beaucoup parlé de poids et pas mal de Slim-data, en français : index métabolique global des aliments. Nouveau régime ou nouvelle façon de se nourrir ?

Difficile à digérer, mais incontestable : la France grossit. On ne bouge pas assez (3,5 km à pied par jour au début du XXe siècle, contre 350 mètres aujourd’hui) et on mange trop, alors qu’on a l’impression de se priver en permanence. Pourquoi tant d’appétits contrariés ? Aux Entretiens de Bichat, le Dr Yann Rougier, spécialiste en biologie de la nutrition, a donné sa version des faits et proposé une solution. Pour lui, les mécanismes biologiques impliqués dans l’expansion de nos capitons sont directement liés à la nature de nos menus.

Du prêt-à-manger qui pèse lourd

Le poids n’est pas qu’une affaire de calories, et les régimes restrictifs sont voués à l’échec dans la durée... Ça se confirme. Il existe une « force de stockage » des aliments qui, à calories égales, varie du simple au double selon leur composition, la manière dont on les marie entre eux et dont ils sont digérés.

« Notre façon de manger a plus changé en cinquante ans qu’en cinquante siècles, rappelle le Dr Rougier. Le raffinage, les modes de cuisson, la perte des règles d’associations alimentaires ancestrales déséquilibrent tous nos mécanismes biologiques en déclenchant une réponse insulinique trop forte. » Par exemple, dans notre corps, du riz précuit devient... du sucre pur. En dissociant les molécules, le micro-ondes aurait aussi un impact sur la qualité nutritionnelle des plats. Du mou, du rapide, du prémâché...

Notre cerveau, grand timonier de la satiété, reste constamment sur sa faim et nous incite à trop manger. L’idée n’est pas nouvelle, mais on voit émerger au niveau international un nouvel index minceur de référence : le Slim-Data, ou index métabolique global des aliments, qui exprime l’impact réel de chaque aliment sur notre poids. Plus le Slim-Data est bas (entre 1 et 50), mieux c’est, et inversement. Pour nous aider à comprendre comment ça fonctionne, le Dr Rougier a concocté un tableau alimentaire simple. Là encore, pas de surprises. Le chocolat ne détrône pas le haricot, mais le but n’est pas de supprimer une catégorie d’aliments, juste de les associer différemment.

 

 

 

 

PHASE I : environ 21 jours. Uniquement si vous voulez perdre du poids

À chaque repas : trois choix dans la catégorie 1 ou deux choix dans la catégorie 1 + un choix dans la catégorie 2.


PHASE II : environ 21 jours. Pour stabiliser la perte de poids.

À chaque repas : un choix dans la catégorie1 + deux choix dans la catégorie 2. Exceptionnellement, pour deux repas par semaine (non consécutifs) : un choix dans la catégorie 1 + un choix dans la catégorie 2 + un choix dans la catégorie 3.


PHASE III : À vie Pour ne pas (re)grossir et rester en forme au quotidien.

Toutes les associations sont permises, sauf trois choix dans la zone rouge ou bien un choix dans la zone orange + deux choix dans la zone rouge.

 


Catégorie 1 : à volonté, force de stockage faible            Slim-data : 0 à 35:

Crudités diverses

Fromages frais

Haricots rouges

Lait écrémé, yaourt nature ou aux fruits

Lapin, viande rouge ou blanche, volaille

Légumes verts, soupe de légumes sans

pomme de terre

Lentilles

Noisettes, noix

Oeufs durs ou à la coque

Poissons (tous), crustacés

Pommes, agrumes

 


Catégorie 2, modéremment, force de stockage moyenne Slim-data de 40 à 55:

Betterave

Blé, épeautre, seigle, boulgour, semoule

Choucroute sans viande

Fromages à pâte cuite

Fructose

Haricots blancs

Jambon

Oeufs au plat

Pain, céréales, pâtes et riz complet

Petits pois, pois chiches

Pistaches

Pizza à pâte fine

Poires, raisin, pêches, prunes

Poisson pané

Sandwich (sauf pâté et saucisson)

Salade assaisonnée

 


Catégorie 3, à éviter seuls ou combiner avec ceux de la zone verte, force de stockage forte                                            Slim-data de 55 à 100:

Banane

Beurre, huile, margarine, crème

Biscuits salés ou sucrés, chips

Carotte cuite

Charcuterie, sauf jambon blanc

Chocolat, confiseries

Confiture, miel

Flocons d’avoine, corn flakes, riz soufflé

Jus de fruits, soda

Maïs

Pain blanc, pain de mie, biscotte

Pâtes blanches en sauce

Pizza à pâte épaisse

Purée de légumes

Riz et blé précuits

Sucre, sirop

Tarama

Vin rouge, alcools

 

 

 

 

source: Marion Louis. Madame Figaro.



29/07/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour